Le stress et la phytothérapie

Clinic
Title
Aller au contenu
Docteur
Lionel BARRIERE
NATUROPATHE

Le stress et la phytothérapie

Docteur-Naturopathe.fr
Publié par Dr. hc Lionel BARRIERE Naturopathe dans Phytothérapie · 10 Janvier 2023
Dans les années 1930, deux scientifiques Walter Cannon et Hans Selye étudièrent le fonctionnement du système nerveux et découvrirent que chaque individu avait des réactions différentes. Selye définit trois étapes au niveau physiologique dans la montée du stress :

1. La phase d’alarme : qui correspond à ce qu’on appelle « la montée d’adrénaline ». Par exemple une femme peureuse voit passer une souris et crie. Dans la violence psychique, on observera plutôt une syncope, c’est-à-dire ce qu’on appelle un malaise vagal. Ajoutons ici, même si les scientifiques ne le disent pas, car ils se concentrent sur les phénomènes physiques, que la plupart des problèmes de stress naissent d’une peur. Les Fleurs de Bach et les huiles essentielles sont donc très efficaces dans ces situations.

- Comment prévenir et soulager cette phase :

Dans cette phase la personne n’a pas encore contacté de médecin. Elle se retrouve souvent face à l’angoisse et l’inquiétude. On pensera à prévenir ce genre de situation en conseillant aux personnes susceptibles d’entrer dans cette phase d’alarme, ou même à n’importe quelle personne un peu « nerveuse » et trop sensible, de se munir d’huiles essentielles et de tisanes qui vont permettre d’apaiser l’alarme. On recommandera :

a) Les huiles essentielles de marjolaine (pour dormir et calmer les peurs), l’Immortelle de Corse ou l’hélichryse (pour les chocs et les traumatismes, par exemple les agressions physiques ou psychiques), le petit grain bigaradier (pour calmer les angoisses), la mandarine (pour alléger l’atmosphère), la camomille romaine (pour tranquilliser et rassurer) et le basilic (pour calmer de manière générale).

b) Les plantes de camomille romaine, de marjolaine, d’aubépine, de camomille matricaire, de verveine citronnée, de ballote fétide, de kava (avec précaution), ou de valériane.

2. La phase de résistance : à défaut de solution (que l’on peut trouver aussitôt après l’alarme), le stress continue de s’installer et l’organisme va alors commencer à émettre une surproduction de cortisol, stimulant trop fortement l’axe hypophyso-corticosurrénal.

- Comment prévenir et soulager cette phase :

C’est souvent le moment où la personne pourra, ou non, demander conseil. Il s’agit alors de diminuer au maximum la tension nerveuse, et de trouver les remèdes qui calment et qui apaisent sur le long terme. Ce seront :

a) Les huiles essentielles citées plus haut, mais aussi la bergamote, la lavande, la coriandre, le néroli. Pour la fatigue, ce sera l’angélique, l’Ylang Ylang et la mélisse.

b) Les plantes en tisanes, en gélules ou teinture mère, seront surtout le houblon, l’aubépine et la valériane. Et si d’autres organes (digestion, foie, etc.) sont en cause, on pourra utiliser la menthe poivrée, le saule, le millepertuis, le ginseng, la passiflore ou la réglisse.

3. La phase d’épuisement : elle suit la phase de résistance qui a mené l’organisme à une limite. Elle se traduit par la fatigue des glandes surrénales.

- Comment prévenir et soulager cette phase :

Il faudra permettre à la personne de se reposer, d’évacuer les tensions précédentes, mais aussi lui redonner l’énergie de vie qui lui a échappé pendant les deux phases précédentes. C’est d’ailleurs souvent le moment où la personne demande conseil, épuisée, et totalement surmenée. Elle développe aussi toutes sortes de symptômes (maux de dos, estomac, insomnies...). Il s’agit ici de diminuer au maximum la tension nerveuse, puis de trouver les remèdes qui calment et qui apaisent, tout en relançant la force vitale. Ce seront :

a) Les huiles essentielles citées plus haut, mais aussi la bergamote, la lavande, la coriandre, le néroli. Pour les fatigues de plus en plus croissantes, l’angélique, l’Ylang Ylang et la mélisse. Tous les conifères, en huiles essentielles ou en tisanes, pourront aussi revigorer et relancer le système immunitaire et l’énergie en général.

b) Les plantes en tisanes, en gélules ou teinture mère à conseiller seront le houblon, l’aubépine, l’échinacée, le ginseng, le chêne, le cassis ou la valériane.


Il n'y a toujours pas des critiques.
0
0
0
0
0

Created with
WebSite X5
Retourner au contenu